C'est un fléau qui inquiète les autorités locales. En un an, le nombre de cambriolages a explosé dans le Valenciennois. L'arrondissement serait la cible de bandes organisées venues des pays de l'Est…

Le phénomène, grandissant, inquiète au plus haut point les autorités locales. Si la délinquance générale est une nouvelle fois en baisse sur l’arrondissement (selon des chiffres fournis par la sous-préfecture, 18 259 faits auraient été constatés en 2011 contre 18 115 en 2012, soit une légère diminution de 0,79 %), le nombre de cambriolages a lui explosé de plus de… 11 % en un an (1 854 cambriolages déplorés en 2012, contre 1 669 en 2011).

 On a affaire à des réseaux très structurés qui utilisent des mineurs, généralement réduits à l’état d’esclavage

Un fléau qui n’épargne aucun secteur géographique (zone police ou gendarmerie), de Valenciennes (+12,40 %) à Saint-Amand (+ 74 %) en passant par Bouchain (+ 88 %). S’il existe toujours un fond de délinquance locale, au modus operandi plutôt sommaire (et donc facilement identifiable),  Franck-Olivier Lachaud, le sous-préfet de Valenciennes, estime que ces cambriolages sont surtout à mettre, « pour 70 % d’entre-eux », au crédit de «  bandes organisées » issues principalement « des pays de l’Europe de l’Est ».

Une délinquance qui plus est « très difficile à endiguer », selon lui, dans la mesure où le mode opératoire de ces véritables « mafias », est particulièrement rodé. « On a affaire à des réseaux très structurés qui utilisent des mineurs, généralement réduits à l’état d’esclavage », détaille-t-il.

 

Les détails de ce fléau à découvrir dans l'Observateur en vente depuis le vendredi 25 janvier


 

 

 

Pas encore de commentaire

Poster une réaction à cet article

OU

Fermer